Un monde à p’arts : l’interview Arduna