The Legend of Zelda : une histoire mythique – Partie 1

The Legend of Zelda est une de ces sagas mythiques du jeu vidéo, suivie dans le monde entier par des millions de joueurs et dont chaque nouvel épisode suscite un énorme engouement de la part des fans. Avec plus de 18 épisodes en 31 ans, la franchise a su perdurer et innover au fil du temps. Le prochain épisode, « Breath of the Wild », prévu pour le 3 mars sur Wii U et sur Nintendo Switch marque un tournant dans la saga.  La sortie de ce nouvel opus est pour nous l’occasion de voyager dans le temps avec une rétrospective de la série des The Legend of Zelda. Dans un souci de simplicité, les dates mentionnées dans ce dossier sont les dates de sorties européennes des épisodes de la saga (parfois différents des dates japonaises et américaines).

The Legend Of Zelda : une histoire mythique

 

Un lien entre les Link

Le point commun entre chaque épisode est un jeune homme ou un enfant tout de vert vêtu, prénommé Link. Ce jeune garçon se retrouve chaque fois face aux ténèbres et va devoir devenir un Héros afin de sauver le royaume d’Hyrule ou d’autres contrées. De nombreux autres personnages sont récurrents à la série mais n’apparaissent pas systématiquement dans chaque épisode. C’est le cas de la princesse Zelda, si tous les jeux portent son nom, celle-ci n’est pas présente dans l’ensemble des épisodes, même si il y est quasiment toujours fait allusion. D’autres personnages comme Impa, l’arbre Mojo, Ganon/Ganondorf, les déeses Din, Farore et Nayru, les petites et les grandes fées ou encore le Roi d’Hyrule font partie des personnages récurrents de la saga. Au fil des différents épisodes, les terres d’Hyrule se sont étoffées de personnages, de lieux et de peuples (kokiri, zora, goron, mojo, gerudo…) qui ont donné à la saga The Legend of Zelda une histoire, une chronologie, des us et des coutumes ainsi qu’une mythologie qui ont fait d’elle une saga encrée dans le cœur des joueurs. Dans tous les Zelda, le joueur doit trouver et explorer des donjons (ou temples) parsemés d’énigmes et de combats jusqu’à atteindre le boss du donjon. Dans la plupart des jeux de la série, chaque donjon a un « thème », comme le feu, la forêt ou l’eau, mais aussi le temps, l’ombre ou les esprits. Dans chaque aventure, Link devra obtenir de nouveaux objets qui lui permettront d’accéder à de nouveaux endroits. Certains de ces objets sont devenus les symboles de la saga, comme l’arc du héros, l’épée légendaire, le bouclier hylien, le boomerang ou encore l’ocarina. Dans ses aventures Link devra récupérer des quarts de cœur afin d’augmenter sa vie ainsi que d’autres objets selon les épisodes. Ces quêtes annexes font partie intégrante des épisodes et augmentent considérablement la durée de vie de chacun d’eux.

L'évolution de Link
L’évolution de Link

The Legend of Zelda

Dès sa sortie en Europe en juillet 1987 sur NES, le premier épisode marque les esprits en inaugurant un nouveau genre que l’on appelle encore aujourd’hui l’action-aventure. L’histoire nous raconte comment un guerrier maléfique, Ganon, décide de marcher sur le royaume d’Hyrule afin de s’emparer de la Triforce. La Triforce est composée de 3 triangles d’or représentant sagesse, force et courage. Quiconque détient les 3 paries, obtiendra un pouvoir sans limite. Ganon arrive donc à s’emparer de la triforce de la force. Pour contrecarrer ses plans, la princesse Zelda, fille du roi d’Hyrule s’empare à son tour de la triforce de la sagesse et décide alors de la détruire en 8 fragments qui seront cachés à travers le royaume. Elle sera ensuite capturée par Ganon. Un jeune homme nommé Link, partira alors en quête de ces fragments afin de pouvoir accéder au donjon de Ganon et ainsi libérer la princesse Zelda.

La carte du jeu est composée de 128 tableaux que le joueur peut visiter à sa guise et dans l’ordre souhaité. Mais ce n’est pas tout, cet épisode adopte une vue aérienne qui permet au joueur de se déplacer de gauche à droite mais également en haut et en bas, chose inédite pour l’époque. Immense succés pour cet opus qui s’est vendu à plus de 6,5 millions d’exemplaires.

Carte de The Legend of Zelda
La carte de The Legend of Zelda

Zelda 2 – The adventure of Link

Fort de son succès, Nintendo sort en fin d’année 1988, un nouvel épisode intitulé Zelda 2 – The adventure of Link. Toujours sur NES, celui-ci se déroule quelques mois seulement après la fin du précédent. Ganon est vaincu mais une rumeur court à travers

La vue de profil de Zelda 2 - The adventure of Link

Hyrule : le prince des ténèbres pourrait être ranimé si le sang le Link était répandu sur les cendres de Ganon. Le seul moyen pour Link d’empêcher cela est de récupérer cette fois ci la triforce du courage. Il n’en fallait pas plus pour que notre jeune héros reparte à l’aventure. La progression de cet opus est totalement différente de son aîné. En effet, si les phases d’exploration du monde se font toujours en vue du dessus, c’est en vue de profil que se déroule l’exploration des donjons ainsi que les combats, ainsi Link ne pourra qu’avancer, reculer, sauter, s’accroupir et frapper (la même vue que dans le premier Mario).

 

The Legend of Zelda – A Link to the Past

Quatre ans après Zelda 2 – The adventure of Link, un nouvel épisode voit le jour sur Super Nintendo. Celui-ci n’est pas une suite directe comme l’étaient ses prédécesseurs, c’est une nouvelle aventure à part entière reprenant simplement les différents

Link Versus Ganon

protagonistes. Pas de grand changement dans le gameplay, si ce n’est un retour en vue aérienne qui permet à Link de se déplacer dans toutes les directions. La particularité de cet opus est le fait de pouvoir voyager entre le monde d’Hyrule et le monde des ténèbres. Link devra affronter le prêtre Agahnim bien décidé lui aussi à s’emparer de la triforce et qui a kidnappé la princesse Zelda et les descendantes des 7 sages pour les envoyer dans le monde des ténèbres. Link devra récupérer 3 pendentifs afin de poursuivre sa quête. Au fil de l’aventure, Link va voyager dans le monde des Ténèbres et y évoluer sous la forme d’un lapin ! Ce n’est qu’après avoir vaincu Agahnim que Link se retrouve en face du vrai méchant, le maléfique Ganon. Retrouvez notre test d’A Link to the Past ici .

The Legend of Zelda – Link’s Awakenning

Link devant le poisson rêve une fois les instruments récupérésPremier épisode sur console portable de la saga, The Legend of Zelda – Link’s Awakenning débarque en 1993. Plusieurs indices laissent entendre que celui-ci se déroule après les événements de A Link to the Past, mais dans cet épisode, pas de princesse Zelda, ni de royaume d’Hyrule. Ayant terminé son entraînement, Link s’apprête à rentrer chez lui par bateau, lorsqu’il se retrouve prit dans une tempête, et échoue sur l’île de Cocolint. Sur la plage, il est secouru par la jeune Marine et il apprend que le seul moyen de quitter l’île est de réveiller le poisson-rêve en récupérant les différents instruments des sirènes. Car l’île de Cocolint n’existe que dans les songes du poisson-rêve, ce qui signifie qu’en le réveillant l’île entière ainsi que ses habitants disparaîtront.

The Legend of Zelda – Ocarina of Time

Première incursion de Link dans l’ère de la 3D, Ocarina of Time est l’un des épisodes qui auront marqué le plus les joueurs tant les innovations apportées ont fait progresser le genre action-aventure. La qualité graphique a scotché plus d’une personne devant son téléviseur tellement les cinématiques étaient impressionnantes pour l’époque. Mais ce n’est pas tout, dans cet épisode l’action se déroule à deux époques différentes. Une partie lorsque Link est enfant et la seconde lorsqu’il est adulte.

Le jeune Link devra venir en aide à la princesse Zelda afin d’empêcher Ganondorf de pénétrer dans le saint royaume pour y voler la Triforce. Il devra donc récupérer les 3 pierres ancestrales afin d’ouvrir la porte vers le saint royaume. Chaque pierre est gardée par une race peuplant Hyrule, les kokiris, les gorons et les zoras. Une fois les pierres récupérées, Link se rend dans le temple du temps mais il est doublé par Ganondorf et se retrouve endormi pendant plusieurs années. A son réveil, tout a changé, Hyrule est dévasté ! Ganondorf a pris le pouvoir en s’emparant de la triforce de la force et Link adulte devra récupérer l’essence des 7 sages afin de pouvoir libérer le royaume d’Hyrule et rétablir la paix.

À partir de ce moment, notre Héros pourra voyager à travers le temps à sa guise en jouant la mélodie du temps avec l’ocarina de la princesse Zelda. Les mélodies sont importantes dans cet épisode, il y en à 13 en tout et chacune d’elle remplit une fonction qui lui est propre. Le fait de passer à la 3D a permis de réaliser un monde ouvert énorme pour l’époque, combien de joueurs se sont amusés à chevaucher dans les plaines d’Hyrule ou contempler le coucher de soleil sur le lac Hylia. The Legend of Zelda – Ocarina of time est entré dans le livre Guinness des records en tant que jeu s’étant vendu le plus rapidement, soit six millions d’unités dans le monde en huit semaines.

The Legend of Zelda – Majora’s Mask

Après le succès d’Ocarina of Time, Nintendo souhaitait rapidement sortir une suite à celui-ci. Prévu à l’origine sur la DD64 (extension de la Nintendo 64, jamais sortie en Europe) The Legend of Zelda – Majora’s Mask sort en novembre 2000. Une rumeur circule depuis, et fait état d’un pari entre Miyamoto et Aonuma, si Aonuma arrivait à produire le jeu en un temps record, celui-ci ne serait pas juste un add-on mais un jeu à part entière ! Il est impossible de vérifier cette rumeur mais quoi qu’il en soit Majora’s Mask est bien un jeu à lui tout seul.

L’histoire reprend après la défaite de Ganondorf, Link, ayant retrouvé sa taille d’enfant, est le seul à se souvenir des événements qui se sont déroulés dans Ocarina of Time. Alors qu’il se ballade en forêt, un enfant portant un étrange masque le fait tomber d’Epona. Link est alors entraîné dans un monde parallèle du nom de Termina. Rien de bien méchant si ce n’est que Termina sera détruite dans 72 heures !  En effet, une gigantesque lune va entrer en collision avec Termina. Notre Héros décide donc de reprendre du service et d’empêcher la destruction du monde.  Le titre pouvait être joué sur la Nintendo 64 à la seule condition de posséder l’Expansion Pack, sorte d’extension de la console qui lui permettait de faire tourner le soft. Au niveau du jeu, le moteur graphique est le même qu’Ocarina of Time.

La grande particularité de ce nouvel opus est la possibilité pour Link de se transformer en d’autres créatures ou de disposer d’habilités supplémentaires grâce à de nombreux masques qu’il trouvera au fil de sa quête. Link aura également la possibilité de revenir dans le temps afin de sauver Termina (une heure dans le jeu équivaut à 1 minute dans le monde réel). Mais attention, à chaque retour dans le passé, les actions de Link seront annulées et celui-ci devra recommencer les donjons ou les quêtes secondaires en cours. Bien sûr, une fois chaque élément important obtenu, il se sauvegarde et reste dans l’inventaire du jeune héros.

The Legend of Zelda – Oracle of Ages et Oracle of Seasons

Après l’incursion de la série The legend of Zelda dans l’univers 3D, Nintendo décide de réaliser une trilogie sur Game Boy color. Chaque épisode devait représenter une des trois déesses, Din, Nayru et Farore. Mais le développement prit du retard et c’est donc 2 jeux qui virent le jour, Oracle of Ages et Oracle of Seasons. Si chaque jeu peut être joué indépendamment de l’autre et dans l’ordre voulu, le diptyque cache en fait un secret original. Ces deux aventures, apparemment indépendantes, cachent en fait de tristes connexions. Pour avoir le fin mot de l’histoire, il suffit de connecter les deux jeux (via un mot de passe ou le câble link) une fois que l’un d’entre eux est terminé, afin de poursuivre la quête dans le second. Le joueur découvre alors un nouveau donjon et le véritable Boss de fin.

The Legend of Zelda (13)

Oracle of Ages se passe dans le royaume de Labrynna. Une sorcière du nom de Veran, prend possession du corps de  l’oracle du temps Nayru afin d’utiliser ses pouvoirs à des fins maléfiques. Link devra alors récupérer les 8 essences du temps avant de sauver Nayru. Il y a bien évidemment un donjon et donc un boss par essence. Dans cet opus, Link aura la particularité de pouvoir voyager entre 2 époques grâce à la harpe du temps.

en haut à droite Nayru - L'oracles des ages

Dans Oracle of Seasons, Link se retrouve cette fois ci dans le royaume de Holodrum. Il y fait la connaissance d’une danseuse du nom de Din. Peu de temps après leur rencontre, un sorcier du nom de Onox enferme Din dans un cristal. Din est en réalité l’oracle des saisons. En la retenant prisonnière, Onox compte plonger la nature dans le chaos et faire disparaître toute trace de vie à la surface d’Holodrum. C’est une nouvelle fois notre jeune Héros qui partira en quête des 8 essences de la nature disséminés dans 8 donjons. Dans sa quête, il disposera de la baguette des saisons qui lui permettra de changer le temps et ainsi débloquer certains passages et certains lieux.

Chacune de ces 2 aventures dispose donc d’une histoire, d’un monde et d’un méchant différent mais en réalité deux sœurs sorcières, Koume et Kotake, tirent les ficelles dans l’ombre et ont pour projet de faire revenir à la vie Ganon, le seigneur des Ténèbres. Il faudra donc avoir terminé les deux aventures avant de connaitre la vraie fin de cette histoire et contrecarrer leurs plans.

The Legend of Zelda sur CD-I – Les jeux de la honte

En tant que fan, je préférerais oublier ces épisodes de la saga mais que serait cette rétrospective si je n’en parlais pas. En 1993, Phillips (alors associé à Nintendo) développe 3 épisodes sur le thème de The Legend of Zelda. Commençons pas les deux premiers épisodes, intitulés Link : The Faces of evil et Zelda : The wand of Gamelon, ces épisodes s’éloignent énormément des autres jeux. Les cinématiques en dessins animés font peur à voir et ne reflètent pas du tout l’univers magique d’Hyrule. En ce qui concerne le gameplay c’est une catastrophe, les jeux sont jouables en vue de profil (comme dans Zelda 2) mais les tableaux qui composent le jeu sont tout simplement injouables à cause d’une maniabilité désastreuse et d’un contrôleur peu ergonomique. Les dialogues quant à eux sont sans queue ni tête. Par exemple, le héros entre dans une maison, parle à un vieillard en le menaçant de son épée, et le vieillard dit : « Tiens, voici le plus gros crabe que j’ai tué, je te donne ça maintenant! » Et Link repart avec une épée upgradée. Ne cherchez pas la logique là-dedans, le jeu est rempli de ce genre de choses.

Le troisième jeu intitulé Zelda’s Adventure sort en 1995 est vous propose d’incarner la princesse Zelda qui aura pour tâche de délivrer Link des griffes de Ganon. Le monde à l’envers ? Ce n’est pas tout, le graphisme du jeu est totalement différent puisque les cinématiques sont avec de vrais acteurs incrustés dans un décor infographiques (fond vert). Malgré toute la meilleure volonté du monde, le jeu ne pourra jamais combler ses lacunes et se retrouve une nouvelle fois affublé d’une jouabilité médiocre et de temps de chargement extrêmement longs.

Cette trilogie devrait finir dans les limbes des jeux vidéo. Beaucoup de joueurs ne connaissent même pas l’existence de ces épisodes. Nintendo lui-même préfère ne pas s’en rappeler et ne les inclut pas dans les chronologies officielles de la saga The Legend of Zelda.

 

Vous l’aurez compris, la saga The Legend of Zelda comprend de nombreux épisodes. Bien que similaire en bien des points, chaque épisode est unique et apporte sa pierre à l’édifice. Dans cette première partie, nous n’avons fait qu’effleurer le contenu de cette saga.

Dans une deuxième, nous parlerons des autres jeux ainsi que des produits dérivés qui découlent de l’univers de The Legend of Zelda. Celle-ci arrive dès demain.

LightninGamer

LightninGamer © tous droits réservés | 2016