Actualité du jeu vidéo

Consoles Next-Gen : Sony et Microsoft sur le point d’abandonner ?

Microsoft dans les nuages
Commentaires (3)
  1. JB dit :

    Dans une société de plus en plus virtuelle (carte bancaire, conversations, jeu à  plusieurs mais online, etc…) je crois que nous avons besoin de vivre de temps en temps dans la matière. Quelle sera la conséquence du tout virtuel sur la santé mentale de la race humaine à  long terme ? Sans parler des nombreuses boutiques et revendeurs qui vont fermer leurs portes (Game n’étant déjà  pas en très grande forme). Concernant le prix des jeux, je pense qu’il suffit d’attendre un peu et d’opter pour l’occase.

    A moins que tout cela ne soit qu’une question de génération (bah ouais, j’suis ptàªtre déjà  un vieux c… !).

    Dans tous les cas, avec la mentalité Nintendo d’un côté et celle de MS/Sony de l’autre, tout le monde pourrait y trouver son compte. Avoir le choix, c’est finalement ce qui prime…

  2. Nonosann dit :

    Perso, je ne pense pas avoir besoin d’avoir une “galette” pour àªtre satisfait. J’ai une consommation assez particulière des jeux. J’y joue a fond pendant un laps de temps assez court, puis stop, j’y reviens parfois après plusieurs mois de pause.
    J’aimerais bien pouvoir jouer à  plein de jeux sans forcément avoir à  payer le prix fort. Donc si une plateforme sans support physique me permet de prendre des jeux au coup par coup à  moindre coût, pourquoi pas, ou alors peut àªtre màªme un abonnement…L’avantage du dématérialisé, c’est qu’on ne raye pas le DVD, et que les enfants ne peuvent pas se dire : “ho le zoli freesbe”… Et si en plus on peut accéder à  “ses” jeux de n’importe ou (smartphone, un PC sur internet, ou pourquoi pas avec une télé connectée du futur, ce serait la cerise sur le gâteau !

  3. Andhariel dit :

    Vaste sujet que tu nous proposes là . Le matériel a encore de beaux jours devant lui, ne serait-ce que pour les collectors. Sous forme de DLC c’est sympa, mais une figurine, un artbook, un boitier gravé… c’est autre chose.

    Enfin, tout dépend du rapport affectif des joueurs avec leurs jeux. Il y a le “consommable”, le ptit jeu sympa que tu fais dans le bus pour passer le temps et il y a les univers riches dont la portée dépasse le jeux video avec des adaptations au cinéma, en littérature, BD et autres.

    Là  on commence à  toucher le culturel et à  partir de là , c’est forcément un peu matériel. On ne changera pas l’àªtre humain : la possession, la propriété sont… identitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail n'est pas précisé, merci de remplir les champs avec *